Insomnie après la ménopause : symptômes, effets et traitement

Il n’y a pas peu de femmes qui souffrent d’insomnie après la ménopause. Une étude multinationale portant sur plus de 6 000 femmes a révélé que 46,3% de femmes ménopausées âgées de 45 ans et plus ont déclaré avoir un mauvais sommeil.

Les symptômes d’un déséquilibre hormonal

Lorsqu’il y a un déséquilibre hormonal, les symptômes dont souffre l’organisme sont variés. Dans le cas de la post-ménopause, la baisse des niveaux d’œstrogène et de progestérone peut provoquer des vagues de chaleur (poussées), une baisse de la libido, de la fatigue, de l’anxiété, des maux de tête, une sécheresse de la peau et bien d’autres. Les changements du sommeil sont parmi ceux qui ont le plus d’impact sur la vie des femmes. « L’insomnie est l’une des principales plaintes qui poussent les femmes, pendant la période de transition de la ménopause, à se rendre au cabinet du spécialiste », explique une gynécologue et spécialiste de la sexualité, du VPH et de la médecine fœtale.

Et les femmes ne sont pas rares à souffrir de ce problème. Une étude multinationale portant sur plus de 6 000 femmes a révélé que 46,3 femmes ménopausées de 45 ans et plus ont déclaré avoir eu un sommeil de mauvaise qualité ou avoir souffert d’insomnie après la ménopause, se plaignant principalement de se réveiller au milieu de la nuit et de ne plus pouvoir dormir par la suite. Un sommeil non réparateur est particulièrement nocif pour la santé car il aggrave les autres symptômes de la ménopause. « Les femmes qui souffrent d’insomnie ont plus de poussées et plus de symptômes d’anxiété et de dépression, en plus d’avoir une moins bonne qualité de vie », explique le médecin.

Les effets de l’insomnie

Quiconque a connu des périodes d’insomnie sait qu’en fait, cela compromet grandement la qualité de vie. Si des épisodes occasionnels augmentent déjà l’anxiété, la persistance prolongée du symptôme conduit naturellement à la recherche de moyens de récupérer le sommeil, et dans cette recherche on peut atteindre la médication du sommeil comme alternative. Ce type de médicament a cependant des effets secondaires graves, notamment une confusion et une altération de la coordination, et son utilisation prolongée provoque une dépendance et une tolérance (des doses croissantes sont nécessaires pour obtenir le même effet).

Il est important de guider le patient sur l’importance de l’activité physique régulière et de la perte de poids. Selon le Dr, s’il n’y a pas de contre-indications, l’hormonothérapie substitutive peut être indiquée pour combattre l’insomnie après la ménopause. « La variation des taux sanguins d’œstradiol, caractéristique de la ménopause, favorise les modifications des neurotransmetteurs sérotonine et dopamine, qui sont étroitement liés à la régulation du sommeil. En utilisant des médicaments de substitution hormonale, l’objectif est de stabiliser cette variation des œstrogènes et d’améliorer ainsi la structure du sommeil ».

Comment éviter l’insomnie ?

Certaines mesures quotidiennes, courantes pour obtenir une bonne nuit de sommeil, sont également valables pendant cette période. Gardez la chambre calme et peu ou pas éclairée, sans télévision, et évitez l’habitude de plus en plus courante de toucher le téléphone avant de vous coucher. N’oubliez pas de ne pas ingérer d’aliments contenant de la caféine, tels que le café, le thé noir ou maté, les sodas au cola, etc.

Certaines recommandations qui ne sont pas directement liées à l’heure ou à l’environnement de sommeil peuvent également interférer avec le sommeil. « Il est important de guider la patiente par rapport à l’importance d’une activité physique régulière et d’une perte de poids », explique le gynécologue. Cependant, évitez les exercices intenses à l’heure du coucher, car ils peuvent rendre difficile le début du sommeil.

Tout comme il existe de multiples mesures pour améliorer la qualité du sommeil, il existe aussi plusieurs facteurs qui peuvent compromettre sa qualité. Si même en suivant ces conseils, vous avez encore du mal à bien dormir, assurez-vous de consulter un spécialiste, surtout pendant la période post-ménopausique, où plusieurs facteurs physiques et psychologiques peuvent survenir simultanément.

Infection urinaire : tout ce qu’il faut savoir